Je reste à regarder le temps #1

Je reste à regarder le temps
Qui s’égoutte à la plainte du vent,
Les secondes, les minutes, les heures,
S’égrènent sans tic-tac,
Mais avec le rêve en point de mire,
Et mes pensées vagabondent,
Au rythme de ma respiration,
Projeter à l’horizon mes désirs,
Aussi loin que le temps les emportera,
Tout doucement revenir sur mes pas,
Reprendre conscience de la réalité,
Du temps présent,
Et le regarder s’effiler…

 
Geneviève J.

Choses vues – mon quartier pas à pas

Descendre le chemin de Chandolin.  Je longe des petits châteaux, de belles maisons bourgeoises pour m’écraser sur un locatif saumon pâle. Le chemin de Chandolin c’est l’illustration du déclassement social, cher à Eribon.  Je me souviens de la maison de mon enfance à l’avenue du Grammont 2 : un appartement banal dans un immeuble laid au milieu de splendides bâtisses. De la fenêtre de la chambre que je partageais avec mon frère, j’imaginais ces vies hors du commun dans des six pièces classés. Ma vengeance : nos voisins nantis avaient vue sur notre médiocrité.

 

Lire sur un immense drap pendu à une fenêtre de la rue Sainte-Beuve : « Le savoir est le plus intellectuel des virus. Dommage qu’il ne soit pas très contagieux ».
 
Carine B.

Choses qui font plaisir

Gratter la terre et accueillir le printemps
Imaginer les couleurs, laisser jaillir les idées, suivre sa première intuition
Jouer aux cartes, perdre, s’agacer, accepter, espérer, perdre à nouveau
Observer le cerisier et attendre qu’il débute sa danse avec le printemps
Cuisiner, partager, rire, découvrir l’autre, questionner, se questionner
Rester en équilibre sur un pied et pas sur deux pour avancer
 
Ania G.

Choses qui font peur

 
Être loin de ses proches ou plutôt des gens que l’on aime
Et après?
L’armée dans les rues
La peur des autres
 
Ania G.

La mort (un peu plus que d’habitude)
Les conséquences sociales, politiques et économiques
La perspective de l’annulation de l’année scolaire
Transmettre la maladie et être responsable de la souffrance des autres
 
Louise B.

 
Quand va-t-on sortir de ce confinement ?
Vais-je perdre des êtres aimés ?
Vais-je revoir mon grand-papa en vrai ?
Les choses vont-elles mal tourner pour moi ?
Comment seront les gens en sortant de cette crise ?
Le monde va-t-il s’en remettre et pourra-t-on toujours faire les mêmes choses ?
Vais-je pouvoir toujours aller dans certains de mes endroits favoris ou seront-il fermés ?
 
Matthieu J.

Choses professionnelles

Le télé-travail – Dans le confinement c’est le buste qui compte !
Comment paraître au mieux dans les vidéo conférences ?
Devenez metteur en scène :
Prenez garde à l’arrière-plan : la bibliothèque ou le tableau c’est mieux que le linge qui pend ou la pile de jouets entassés. Exercez-vous à prendre la pose, soyez attentif à l’éclairage. Relevez le menton. Aujourd’hui, les interactions professionnelles se font au travers d’hommes et de femmes tronc !
 
Carine B.

Choses qui sont les mêmes quand on est confiné

Faire l’amour, avoir soif, avoir faim, se laver, se soulager, rire, pleurer
Mes peurs, mes doutes et mes questions incessantes
Les gens que j’aime ou peut-être ne sont-ils plus les mêmes?
Le goût du café
La pluie

 
Ania G.

Choses qui sont différentes quand on est confiné

Se réinventer, imaginer un autre quotidien, s’inventer et expérimenter ce nouveau quotidien
Observer ses voisins, écouter les chiens seuls occupants des rues, attendre le chant des oiseaux (en particulier la tourterelle sur le cerisier qui roucoule à la recherche de sa partenaire?)
Dormir plus longtemps, raconter ses rêves tranquillement sans scruter le temps qui file
Jouir de quelques jours de bonheur partagé avec ses amis dans sa propre maison
 
Ania G.

 
Le rayon de nos trajets quotidiens
Le réveil, qui ne dépend plus d’un horaire imposé
La compulsion à regarder les informations à tout moment
La vitesse du temps
Le ratio réel / virtuel de nos contacts
La compagnie
Les muscles et les endroits qui font mal
Les causes de la fatigue
La présence du silence
Notre voix (et ce qu’on en fait)
La solitude mais la solidarité aussi
Les sorties culturelles qui restent à la maison
 
Louise B.

Choses absurdes

Mettre les livres prêtés par Monique et Ariane en quarantaine.
Pourquoi les chocolateries sont-elles ouvertes et pas les magasins de vins ?
 
Carine B.

Choses interdites

Inciter son coiffeur à venir faire la teinture à domicile. Accepter qu’il vienne avec son chien.
 
Carine B.

Choses qui nous fâchent

La bêtise des gens, surtout ceux qui ne pensent pas aux autres en dévalisant les magasins
Le fait qu’on ne parle que des morts
Les gens qui ne font pas attention aux mesures de sécurité indispensables
Voir le nombre de personnes dehors chaque fois que je prends ma voiture pour aller au travail ou dans les supermarchés
Pourquoi des mesures n’ont pas été prises plus tôt
Pourquoi les européens se croient toujours invincibles
Le fait que chaque fois que l’on regarde l’actualité et les médias il n’y a que du désespoir et que l’espoir soit mis de côté
Pleins de choses qu’on aime vont probablement disparaître
Moi en train d’écrire du négativisme en ce moment
 
Matthieu J.